La vie d’un aiglier

Aman est aiglier depuis toujours. Il vit au sud du Kirghizistan, à quelques kilomètres de la ville de Naryn, dans sa ferme. Il l’a construite au pied des montagnes, proche de ses parents qui élèvent avec lui ses enfants.

Coupé du monde, il perpétue une tradition très ancienne et réputée ici, qui consiste à dresser des aigles royaux afin de chasser avec eux. Cette tradition lui a été transmise par son grand père. Dès son adolescence, il commence à s’entrainer avec son premier aigle, Shumkar, aujourd’hui décédé.

Le dressage est long et cette relation dure 20 ans. Ensuite, l’aigle, moins efficace pour chasser est souvent libéré et continuera de vivre 30 à 40 années supplémentaires avant de finir ses jours dans les montagnes enneigées. Parfois il retourne de lui-même chez le chasseur pour une vie plus paisible.

Aujourd’hui, Aman continue de chasser durant la période qui s’étend d’octobre à mars, dans les montages kirghizes où la température peut descendre jusqu’à -25°C.

En une saison, Aman arrive à chasser en moyenne une trentaine de chacals, cinq loups et huit renards. Beaucoup de personnes chassent le loup pour préserver les troupeaux. Les peaux sont ensuite revendues en ville.